humiditi - Humidité de la cave au grenierL’humidité peut se déclarer partout dans un édifice, de la cave au grenier, à l’intérieur comme à l’extérieur…

Les désordres liés à l’humidité peuvent apparaître dans divers endroits du logement, du sol au plafond, en passant par les murs, portes et fenêtres.

A cela, certaines pièces, comme les pièces d’eau telles que la cuisine, la salle de bains, les wc, la lingerie sont d’autant plus sujettes à l’humidité car elles génèrent de la condensation.

Telle une éponge, la maison est captive à l’eau qu’elle subit (infiltrations) et génère (condensation), mais l’habitat est sensible à l’humidité en subissant toutes les conséquences tant sur la santé que dans votre porte-monnaie en dégradant irrémédiablement votre patrimoine immobilier.

humiditi - Humidité sous-solCave et sous-sol

De par leur nature enterrée, les caves et sous-sols présentent un fort taux d’humidité, souvent accentué par un défaut de ventilation générant un surcroit de condensation.

Les terrains mitoyens sont pour majeure partie l’origine de l’humidité.

L’eau qu’ils contiennent (pluie, nappe sub affleurante ou phréatique… auquel s’ajoute souvent un défaut de drainage ou d’une étanchéité extérieure) stagne et ne s’évacue pas correctement puis finit par pénétrer l’enveloppe des murs (fondations) par infiltration ou remontée ascensionnelle (dite capillaire) tandis que l’eau cherche à s’évaporer pendant son cycle naturel (l’évapotranspiration des terrains).

A cela, poreuses, les fondations subissent les flux thermiques. Lorsqu’il fait chaud (été) les caves sont fraîches, inversement lorsqu’il fait froid (hiver), cela provoque de fortes différences de températures qui viennent accentuer les ponts thermiques et provoquer de la condensation (point de rosée).

Les causes accidentelles, telles qu’une rupture de canalisation ou une fuite d’eau de réseau, peuvent être également l’origine en provoquant de fortes inondations.

Quoiqu’il en soit, même temporaire, toute infiltration d’eau dans les fondations, par pression hydrostatique, ouvrira un cycle qui n’aura de cesse de se répéter par la suite, les conduits naturels étant ouverts par la dégradation des joints par exemple.

Si les nombreux signes attestent d’un problème d’humidité, tels que : abondance (inondation) ou ruissellement d’eau, décollement d’enduit et cuvelage, peinture qui s’effrite, tâches et moisissures (champignons), salpêtre ou sels hygroscopiques, forte odeur de moisi, pourrissement des éléments contenus dans les surfaces (meubles, vêtements, cartons…), il n’est cependant pas évident de retrouver l’origine…

humiditi - Humidité rez-de-chausséeLe rez-de-chaussée et les étages

En commençant par le rez-de-chaussée, l’humidité peut se déclarer dans n’importe quelle pièce, par le simple fait que les murs soient au contact des fondations immergées dans le terrain.

A l’intérieur comme à l’extérieur, de nombreux phénomènes peuvent contaminer l’environnement de l’habitat comme l’esthétique de l’édifice, tels ces désordres :

  • décollement des papiers-peints, revêtements muraux, plâtre et enduits, peinture qui s’effrite
  • apparition d’auréoles, tâches, moisissures (murs et plafonds), voire champignons
  • développement de sels hygroscopiques, du salpêtre
  • sensation de froid dans l’ambiance (air), comme sur les murs
  • génération de buée sur les surfaces vitrées ou métalliques, mauvaises odeurs de moisissure, y compris dans les armoires et sur les vêtements…

A l’extérieur,

  • le caractère spongieux et poreux des murs non protégés ou ne bénéficiant pas d’une imperméabilisation
  • des joints de maçonnerie ou un enduit en mauvais état
  • une ou plusieurs fissures (souvent invisibles)…

peuvent justifier de la présence d’infiltrations sournoises qui, alimentées par les intempéries (pluie, tempêtes…) et poussées par les vents viendront développer le processus continuellement jusqu’à ressurgir à l’intérieur, sans critères de hauteur.

Dans les fondements des murs, y compris des sols malgré les dalles en béton ou les revêtements (carrelage), l’humidité se déclarera par des apparitions ascensionnelles.

L’eau contenu dans le terrain cherchera à s’évaporer et s’est en s’opposant à ce cycle naturel que les murs, non protégés par une arase, en subiront les conséquences, du sol jusqu’à une hauteur qui peut atteindre 1m50 en fonction de la poussée hydrostatique, ce sont les remontées capillaires.

Contaminant plutôt l’extérieur en période estivale elle se répartiront vers l’intérieur en période hivernale, car l’eau contenue dans les murs cherchera à s’évaporer en fonction de la meilleure source de chaleur.

Hormis les causes accidentelles, donc temporaires, ces 2 phénomènes viendront générer une source abondante d’eau à l’intérieur de l’habitat, passant de l’état liquide au stade d’évaporation, ajoutant nombre de complications pour l’aération naturelle ou les simples ventilations par extraction (vmc) qui deviennent complètement insuffisantes… humiditi - Condensation buéeLes mauvaises odeurs se développeront, les vitres seront souvent embuées, des moisissures apparaitront dans les angles de murs et plafond (ponts thermiques) ainsi qu’autour des menuiseries (portes et fenêtres), il s’agira de la condensation.

Plus encore dans les pièces d’eau (salle de bains, cuisine, wc, lingerie…), peu importe le lieu, chaque occupant génère à lui seul de l’évaporation pulmonaire et de la sudation, jusqu’à 1,5 litre par jour y compris pendant le sommeil (chambre).

A cela s’ajoutent les appareils ménagers (machines à laver, sèche-linge), les douches et bains, la cuisine qui génèrent beaucoup de vapeur d’eau, plus l’on est nombreux plus il y a d’eau en suspension dans l’air pourtant par de simples usages normaux des lieux de vie.

Souvent mal ventilés ou trop isolés, la condensation est un problème dramatique pour les occupants comme les locaux, que l’on soit en maison individuelle, en appartement, dans un immeuble ou au bureau.

Aux étages, y compris dans les  greniers (sauf fuite toiture), les symptômes, origines, causes et conséquences sont identiques (exceptées les remontées capillaires), mais déterminer précisément la trace des problèmes d’humidité n’est pas évident, car les effets peuvent se cumuler.

Si certains désordres sont visibles, d’autres peuvent être cachés dans la maçonnerie. Ainsi, un enduit peut être en parfait état, mais cacher un mur complètement pourri.

Il ne suffit donc pas de détecter les endroits atteints par l’humidité, il faut en déterminer les origines exactes…